National Sections of the L5I:

L’insurrection

Printer-friendly versionPDF version

L’Etat capitaliste ne peut pas être pris et utilisé afin d’introduire le socialisme. Il doit être détruit dans le processus même de la révolution. Pour cette raison, la grève générale est une tactique essentielle sur la voie du pouvoir. Elle pose à brûle-pourpoint la question : qui dirige la société, les patrons qui la possèdent ou les travailleurs qui la font marcher ? Elle place la lutte pour le pouvoir en haut de l’agenda. Mais, en soi, une cessation de masse de l’activité ne peut pas répondre à cette question. La grève générale doit préparer la voie d’un soulèvement armé.

L’histoire montre que la classe ouvrière peut arracher par la force le pouvoir étatique aux capitalistes. Naturellement, la quantité de force qui est nécessaire variera selon le rapport de force à la veille de l’insurrection. Cela dépendra jusqu’où les forces armées ont été gagnées à la cause des travailleurs. Néanmoins, la classe ouvrière doit être préparée à une résistance maximum de la part des patrons.

Sans une situation révolutionnaire où les masses sont totalement derrière un parti révolutionnaire, une insurrection dirigée par une minorité révolutionnaire sera une aventure qui fera reculer la lutte. Un parti révolutionnaire doit s’être acquis la majorité des travailleurs organisés des plus grandes villes afin que le soulèvement puisse gagner et que le nouveau régime puisse durer.

Les soulèvements ne sont pas tous l’œuvre d’une avant-garde organisée dirigeant les masses organisées démocratiquement. Les insurrections spontanées de masse sont bien plus fréquentes, démontrant que les révolutions ne sont pas le résultat de petits cercles de conspirateurs comme l’affirme la propagande capitaliste. Lorsque ces soulèvements spontanés se produisent, le devoir de la minorité révolutionnaire est d’y participer pleinement, essayant de leur donner une direction consciente, spécialement par la lutte pour des conseils ouvriers et un gouvernement révolutionnaire des ouvriers et paysans.

L’autre type d’insurrection est le transfert conscient, planifié, basé sur l’utilisation de la force, du pouvoir étatique à la classe ouvrière selon le modèle de la Révolution d’Octobre en Russie. L’exécution de l’insurrection est une tâche technique qui requiert une planification clandestine. Il faut gagner les conseils ouvriers à l’objectif d’une insurrection et les milices ouvrières ainsi que les régiments acquis à la classe ouvrière sont les moyens de réaliser le soulèvement. Mais l’organisation de la défense du nouveau régime, la prise d’objectifs clés, la distribution d’armes et la répartition des forces de l’insurrection ne peuvent être laissés à la spontanéité des masses ou aux « officiers éclairés ». Seul le parti révolutionnaire peut préparer un soulèvement victorieux et lui donner une direction.