National Sections of the L5I:

Luttons contre l’inflation et la déflation

Printer-friendly versionPDF version

L’inflation et la déflation sont deux armes des capitalistes pour résoudre la crise de leur système aux dépens de la classe ouvrière. Ils espèrent rompre la résistance collective des travailleurs en les condamnant à une misérable lutte quotidienne individuelle pour la nourriture. Contre l’inflation et la déflation, nous disons : « Faisons payer les riches » !

Quand la montée des prix fait chuter les salaires des travailleurs, comme en Argentine en 2002, nous devons lutter pour une échelle mobile des salaires. Elle doit garantir une augmentation des salaires qui corresponde à toute augmentation du coût de la vie des travailleurs et de leurs familles. Pour rendre cela efficace, nous devons créer des organisations pour contrôler les prix. Les délégués doivent être élus dans les lieux de travail, les bidonvilles, dans les organisations de femmes travailleuses et de consommateurs qui ensemble peuvent créer un index du coût de la vie de la classe ouvrière et des pauvres. Les retraites doivent augmenter en proportion de l’inflation et être garanties par l’Etat et non laissées à la merci de la Bourse.

Dans une période d’hyperinflation et de chômage de masse, ces organisations peuvent animer la lutte pour prendre le contrôle des supermarchés et des entrepôts de vente en gros pour sauver de la famine les pauvres et les chômeurs. Dans le long terme, toutefois, assurer le contrôle complet sur les biens de première nécessité signifie établir le contrôle ouvrier sur l’industrie alimentaire, les grandes fermes, les usines de l’agroalimentaire, le transport et les chaînes de supermarchés. Dans beaucoup de pays, cela signifie aussi établir des liens commerciaux directs entre les travailleurs et les paysans pour l’échange des produits. Cela implique la création de comités de travailleurs et paysans pour contrôler les prix et la distribution de la nourriture.

La déflation, c’est-à-dire la chute des prix, est une maladie qui se propage dans le monde développé avec l’éclatement des bulles financières et boursières. Les travailleurs sont touchés parce que le poids de leurs dettes augmente et que la valeur de leurs retraites futures est annulée par les compagnies d’assurance en crise. L’Etat doit reprendre tous les fonds de retraite privés, protéger la valeur des retraites et les mettre sous le contrôle des syndicats. L’endettement des ménages des travailleurs doit être annulé et les compagnies de crédit doivent être nationalisées.

Pour affronter l’inflation et la déflation, nous devons prendre le contrôle des sources d’argent, des banques centrales et des principaux conglomérats financiers, et imposer leur nationalisation totale. Alors nous pourrons prévenir le transfert de capital à l’étranger quand les riches essaient de fuir les conséquences de leur politique désastreuse.